SECTEUR HÉBERGEMENT

Le système d’asile en France garantit un droit à l’hébergement et à une prise en charge sociale.

Parce que la question du logement est déterminante dans une démarche d'insertion, nous intervenons dans la réflexion et la mise en œuvre des  politiques départementales d'aides au logement des publics défavorisés.  

L’amélioration du fonctionnement du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile se poursuit aujourd'hui autour de 4 niveaux de prise en charge:

  • 1er niveau - CAES : une mise à l'abri avec évaluation immédiate des situations administratives.​

  • 2ème niveau : un hébergement adapté notamment aux personnes sous procédure Dublin et procédure accélérée.​

  • 3ème niveau - CADA : un accompagnement renforcé en centres d'accueil pour demandeurs d'asile, pilier de l'hébergement notamment pour les demandeurs d'asile en procédure normale.​

  • 4ème niveau - DPAR : un hébergement temporaire pendant la durée nécessaire à la préparation de l'éloignement des demandeurs de l’asile déboutés.

Le service hébergement de l’ADRIM participe pleinement à cette réorganisation par la création en 2017 de son centre DPAR et du CAES et intervient sur les différentes étapes de l'accompagnement d'un parcours migratoire d'un demandeur d'Asile (1, 3 et 4). 

Depuis le 1er mars 2017 L'ADRIM participe avec l’OFII et la DMIN à :

  • Répondre à la volonté politique d’un éloignement crédible des déboutés de l’asile

  • Faciliter le retour volontaire

  • Fluidifier les places d’hébergement dédiées aux demandeurs d’asile

Aujourd’hui, notre accompagnement est principalement axé sur la santé, sur l’accès à l’éducation, et à la protection sociale. En 2020, il couvre un champ plus large qui inclut le civisme, le sport, les loisirs et la préparation à un projet d’avenir en France ou dans le pays d’origine.

NOTRE ENGAGEMENT

  • Une équipe disponible et formée aux spécificité du public

  • Une grande capacité d'écoute et de distanciation

  • La prise en compte de la dimension humaine dans la gestion des dossiers.

  • La connaissance du droit et des rouages du système administratif.

  • La mobilisation des services pluridisciplinaires en particulier le secteur Habitat & Développement.

NOS DOMAINES D'INTERVENTION

  • ​Mise à l’abri des migrants (familles et isolés) : mise à disposition d’un hébergement décent et équipé, versement des aides de subsistance. 

  • Accompagnement social des ménages : interventions sur les problématiques de santé, familiales, alimentaires, de scolarisation, d’intégration et d’insertion.

  • Accompagnement juridique et administratif : aide à l‘accès aux procédures de régularisation, aide à l’accès aux droits.

LES CENTRES D'ACCEUIL

CAES Loubon
105, Rue Loubon
13003 MARSEILLE


Tél : 06.17.66.71.18
Fax : 04.84.89.08.94
caes@adrim.fr

Le Centre d’Accueil et d’Examen des Situations assure l’hébergement et l’accompagnement des migrants dans l’attente d’une orientation adaptée en vue d’une régularisation éventuelle.

Capacité : 18 appartements / 50 places

CADA LA PHOCEENNE
38, Bd de Strasbourg
13003 MARSEILLE


Tél : 04.91.62.84.67
Fax : 04.91.62.84.71
cada@adrim.fr

Le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile assure l’hébergement et l’accompagnement social des familles pendant toute la durée de leur procédure de demande d’asile.

Capacité : 42 appartements / 149 places

St Sauveur / DPAR
59-61, Av du Merlan
13014 MARSEILLE


Tél : 04.91.62.69.65
Fax : 04.84.89.04.94
dpar@adrim.fr

Le centre accueil et accompagne des déboutés du droit d’asile engagés dans un processus de retour volontaire au pays.

Capacité : 21 appartements / 80 places

NOTRE ACCOMPAGNEMENT

Les objectifs du premier entretien d’accueil, identiques pour les hommes ou femmes isolé(e)s et pour les familles, sont définis au préalable afin de pointer les différents axes d’intervention :

  • Présentation du dispositif CAES, CADA, DPAR

  • Evaluer la situation administrative et les besoins sociaux avec l’aide d’un interprète si nécessaire.

  • Signer le contrat de séjour par les deux parties : contrat écrit dans une langue pratiquée par le résident, qui présente les missions du centre., le rôle de chacun et les limites d’intervention.

  • Préciser clairement la durée de prise en charge.

  • La préparation à la sortie s’effectue dès l’arrivée du ménage. 

Accueil et préparation à la sortie :

  •  Préparer l’appartement ou la chambre avant chaque arrivée pour accueillir dans de bonnes conditions : logement propre, agréable, avec des appareils en état de marche.

  • Installer les personnes dans le logement après les avoir accueillies à la gare ou autres lieux.

  • Réaliser un état des lieux et un inventaire des logements.

  • Visiter avec eux le quartier, précisant le contexte géographique, les aider à se repérer sur un plan en leur indiquant les services.

  • Formaliser lors de l’entretien d’accueil les conditions de séjour, les modalités d’accompagnement, le fonctionnement du centre, les premières démarches qui devront être réalisées.

  • Expliquer les conditions de fin de séjour.

Accompagnement juridique :

L’objectif d’un meilleur accompagnement des ménages dans leur procédure de demande d’asile :

  • Devant l’OFPRA (Office Français des Réfugiés et Apatrides), et dans un second temps, après rejet de l’OFPRA, pour conseiller dans le cadre de la procédure de recours, devant la CNDA (Cours Nationale du Droit d’Asile).

  • Le service juridique gère la régularisation administrative des demandeurs d’asile, qui est subordonnée au respect des délais et de la procédure d’asile

  • Mise en place d’une documentation juridique et géopolitique, mise à jour régulièrement.

  • Suivi dans la gestion des déboutés et mise en place de procédures nécessaires à la sortie des demandeurs d’asile du dispositif.

  • Conseils juridiques dans les différentes démarches juridiques dans le droit d’asile et dans le droit des étrangers.

  • Création d’un partenariat avec les avocats et autres services juridiques concernant le droit des étrangers.

 

 

La priorité est axée autour d’un accompagnement juridique, afin de faire le point sur le parcours migratoire, au regard du droit des étrangers.

Le travail du juriste est d’accompagner les migrants dans leurs réflexions personnelles quant au choix de leur orientation, et en fonction de leur situation personnelle et administrative.


Des informations régulières sont dispensées auprès des migrants, en matière de droit d’asile, mais également d’aide au retour.

Accompagnement administratif, social, médical :

La nature de l’accompagnement dépendra de l’autonomie de la personne et de la situation
particulière de l’intéressé (état de santé, maîtrise de la langue française).

Dans notre pratique professionnelle, nous tenons compte des différences culturelles.

L’objectif du service hébergement est donc de créer un cadre favorisant la relation de confiance, de permettre de donner un sens nouveau au présent, et faciliter ainsi la projection vers un avenir en France ou hors de France.

Certaines personnes ont d’importants problèmes de santé à leur arrivée. Ils peuvent être d’ordre somatique (tuberculose, primo-infection…) mais aussi d’ordre psychologique et psychiatrique. En cas d’urgence, lorsque le droit à la protection à la santé n’est pas ouvert, nous travaillons avec le PASS santé, médecin du monde, C.M.P. Les démarches consistent à :

  • Instruire et suivre les dossiers d’affiliation à la Sécurité Sociale et régler les difficultés éventuelles

  • Prendre rendez-vous aux consultations PMI pour le suivi des enfants de moins de 6 ans.

  • Prendre rendez-vous chez des spécialistes à la demande du généraliste… 

  • Apporter son aide en matière d’éducation à l’hygiène et à la santé.

La scolarité est obligatoire pour les enfants de 6 à 16 ans.

Les enfants restent sous la responsabilité et la prise en charge entière de leurs parents et il n’appartient pas à l’équipe de se substituer à ces derniers pour remplir ce rôle.


Soutenir dans les projets d’activités et maintenir le lien culturel, familial, communautaire :

  • En fonction des désirs de la personne et de ses centres d’intérêt, nous les accompagnons vers les structures existantes (Centres sportifs, culturels, Maison de la Vie Citoyenne, bibliothèque…).

  • Des visites hebdomadaires régulières sont prévues pour contrôler l’entretien du logement.

  • En ce qui concerne la fourniture des énergies : eau, électricité, chauffage, des mesures restrictives peuvent être mises en place si une utilisation abusive ou des négligences sont constatées.

Des structures extérieures proposent de l’apprentissage au français en fonction des places disponibles.

Nous orientons nos résidents vers l’association Espace

(15 personnes), l’association El MANBA à la Friche Belle de Mai (10 personnes) et le Secours Catholique (15 personnes).

 

  • Apprendre le français pour vivre dans le pays d’accueil.

  • Comprendre les règles et les codes de notre société.

  • Communiquer et échanger avec autrui permet à la personne de devenir autonome, de tisser des liens avec son entourage et surtout d’acquérir un capital, notamment pour les personnes qui auront le statut de réfugié, qui facilitera d’une part, l’intégration dans la société française et d’autre part, la mise en place d’un projet professionnel.

Apprentissage de la langue française :

L’apprentissage de la langue française est un axe important de l’accompagnement social que nous dispensons au sein d’un de nos centres, le CAES.

Il s’agit essentiellement de :

  • Faciliter la rencontre des bénévoles et des résidents en servant d’intermédiaire, en mettant des locaux à la disposition, selon les besoins et nos possibilités.

  • Informer les bénévoles sur le niveau de français de chacun pour pouvoir constituer des groupes de niveaux.

 

Des bénévoles donnent des cours dans le cadre d’une convention avec le CAES.

  • Une salle du CAES est mise à disposition sur 2 créneaux horaires.

  • Du matériel est mis à la disposition des bénévoles : tableau, livres …

Animation :

Afin de maintenir une dynamique de confiance, et de permettre aux résidents de se mobiliser à nouveau sur leur projet de vie, des activités sont proposés régulièrement, en direction aussi bien des enfants que des adultes.


Les animations proposées, permettent également de faire de la médiation au sein du groupe (enfants ou adultes), de gérer les conflits et de garantir le respect des règles de vie.

Le service hébergement organise et anime des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes de chacun.

Cette année l’animation a permis de travailler sur la mixité.

l’idée principale a été de pouvoir mélanger l’ensemble des bénéficiaires dans un but de cohésion, de cohabitation, et ce, malgré des différences culturelles et sociales.

Diverses activités, telles que des ateliers d’expression ou sorties culturelles ont été proposées, permettant ainsi de les sortir du cadre et favorisant l’entente entre les usagers. 

 

Cela permet également d’obtenir un temps de réflexion collective sur leurs besoins et proposition à mettre en place ensemble. Ces activités en groupe sont aussi utilisées pour travailler sur le savoir-être et le comportement à adopter dans le cadre des relations de voisinage.

A cet aspect collectif, s’ajoute un aspect individuel basé sur un accompagnement plus personnalisé et, intervenant toujours en support du travail social réalisé.

Un travail sous forme d’échange et de réflexion leur est donc proposé au travers de l’animation. Les sorties en extérieur permettent de quitter le cadre.

A travers les activités proposées, l’objectif du Centre est de :

  • Favoriser la relation entre les familles et l’équipe, de maintenir le lien,

  • De vivre ensemble, d’occuper, reprendre confiance en soi, de se projeter vers l’avenir, et de créer un rythme de vie au centre marqués par des temps forts.

Pour atteindre cet objectif différentes activités et partenariats ont été mis en place comme :

  • L’organisation de sorties culturelles en partenariat avec « KLAP maison pour la danse » (nous bénéficiant de la gratuité) et le théâtre Le Merlan.

  • L’organisation de sorties en partenariat avec Culture du cœur, avec le Centre socio-culturel Jean Coste d’Aix-en-Provence, ex : sortie au Camp des milles, visite de l’Opéra de Marseille…

  • Des interventions de l’association AIDES qui est venu pour rencontrer les personnes accueillies, dans un objectif préventif. Les personnes le souhaitant ont pu faire le test de dépistage.

  • Des sorties notamment à « FESTI’FEMME, Match de l’OM, les Calanques avec « ensemble en Provence » ….

  • L’organisation d’ateliers sur « l’accès au numérique » en partenariat avec Emmaus Connect.

  • La participation au club de football, en partenariat avec le Secours Catholique, et à la boxe à travers le club de « Boxe populaire ».

  • Un jardin partagé avec l’association Juxtapoz en vue de la création d’un jardin partagé au Couvent Levat.

© 2020 par l'ADRIM. Créé avec Wix.comMentions légales

ADRIM
Association pour le Développement des Relations Intercommunautaires Méditerranéennes
Association Loi 1901 d’Intérêt Général / N°SIRET 775 558 786 00015 / APE 8790 B